Orgelbau Kuhn
 
 
 

Carl Theodor Kuhn (1865-1925)

Une entreprise prospère

 
Après le décès de Nepomuk, son fils unique, Carl Theodor, prend la direction de l’entreprise en 1888. Ayant reçu sa formation musicale à l’École de musique de Zurich, il apprend le métier de facteur d’orgues dans les ateliers de son père. Pour élargir ses connaissances, il fait son tour d’Allemagne et entreprend des voyages en France et en Amérique du Nord. C’est ainsi qu’il ne tarde pas à accorder une importance particulière à la dimension internationale de la facture d’orgues. Séduit notamment par les instruments de Cavaillé-Coll, Theodor Kuhn ouvrira plus tard des succursales en France – à Bellegarde et à Nancy, puis à Lyon. Alliant savoir-faire artisanal et politique commerciale prévoyante, la maison Kuhn connaîtra une évolution florissante.
 

La «fabrique d’orgues» de Theodor Kuhn

 
Autour de 1900, la facture d’orgues est marquée par une véritable frénésie du progrès. Avec le triomphe de l’industrialisation, les cheminées d’usines fumantes deviennent des marques de standing qu’on n’hésite même pas à reproduire avec fierté sur les en-têtes de lettres. Il n’est dès lors pas surprenant que Theodor Kuhn ait lui aussi contribué au développement technique de la traction pneumatique en mettant au point – comme bon nombre de ses contemporains – ses propres brevets.
 
 
   
 © Manufacture d'orgues Kuhn SA   Mise à jour 29.01.2018    info©orgelbau.ch