Orgelbau Kuhn
 
 
 

Manufacture d'orgues Th. Kuhn SA, 1987

Restauration

Orgue construit par:
M. Welte & Söhne, Freiburg i.Br., 1926

Sommiers: sommiers à cases
Traction: pneumatique
Tirage des jeux: pneumatique

Inauguration: 29.08.1987

Harmonisation: W. Rehn + R. Aebischer



Renvois:
Orgue Welte-Philharmonie à Seewen







© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf



numéro du portrait 800780
www.orgelbau.ch/opf=800780

Meggen II/P/14
Suisse, Lucerne
Schlosskapelle Meggenhorn

Titanic ou pas?

Le château de Meggenhorn a une histoire bien mouvementée. Encore au 16ème siècle il était détenu par des chanoines de St.Leodegar à Lucerne puis à appartenu, jusqu'à ce qu'il soit cédé en 1859 à des familles patriciennes de Lucerne. A partir de 1870, les bâtiments ont été transformés et agrandis, avec apport néogothique, par l'architecte Xaver Meyer. Un industriel alsacien, Edouard Hofer-Grosjean, en était alors propriétaire. En 1886 le château passa entre les mains de Madame Marie Amélie Heine-Kohn et la même année elle fit ériger une petite chapelle séparée, aussi de style néogothique, et selon les plans de l'architecte Heinrich Viktor Segesser. En 1920, l'ensemble de la propriété fut vendu à un zurichois de l'industrie textile, Jakob Heinrich Frey-Baumann qui en 1926 rénova la chapelle et l'équipa d'un orgue. Actuellement, c'est la Commune de Meggen qui est propriétaire de tout le domaine.

L'orgue installé dans la chapelle a maintenant valeur de chose rare: c'est un Welte-Philharmonie-Orgel. La maison Welte de Fribourg-en-Brisgau, depuis 1909, avait toujours mis au point des instruments pneumatiques qui d'une part se jouaient tout à fait normalement depuis une console, mais aussi avec un appareillage approprié permettant de retransmettre des pièces auparavant enregistrées sur rouleaux de papier perforés.

L'instrument construit pour Meggenshorn (II/P/14) a sa disposition particulière. La console est placée latéralement dans la chapelle, dissimulée dans une sorte de buffet en forme de confessionnal. La partie instrumentale de l'orgue se situe elle un étage plus bas, dans la cave. Le son ne parvient à la chapelle, dans laquelle se trouve la console, que par l'ouverture d'une grille. Le son, avec les volets des fenêtres du sous-sol ouvertes, pouvait aussi s'évader pour se propager vers une terrasse latéralement attenante. Ainsi, l'orgue pouvait alternativement être utile pour le culte dans la chapelle et pour des divertissements en plein air, sur la terrasse inférieure du château.

A côté de la valeur de l'orgue lui-même, il reste une collection précieuse de 104 rouleaux pour l'appareil de commande. Les organistes renommés du temps tels que Max Reger, Karl Matthaei, Eugène Gigoud, et Marcel Dupré, à l'époque, ne se sont pas privé de laisser à la maison Welte le soin d'enregistrer sur rouleaux les premières interprétations engendrant la «musique en conserve».

En ce qui concerne les morceaux choisis, il s'agit en partie de compositions originale (par exemple celles de J.S.Bach, Mendelssohn et Widor), mais souvent aussi de transcriptions en vogue à l'époque, orchestrales ou rattachées à l'opéra.

L'entreprise Welte considérait ces instruments pouvant reproduire la musique comme étant un luxe destiné à une clientèle d'élite. Déjà, le piano Welte-Mignon ne se vendait pas en principe à une clientèle de cafés ou cabarets. Le Welte-Philharmonie-Orgel était avant tout réservé pour les salons «der Majestäten, der Grossindustriellen und Reichen in den Kulturstaaten der ganzer Welt». Le «Titanic» vapeur de luxe disparu en 1912, aurait dû couler avec un orgue de ce genre, mais un retard de livraison a fait que l'orgue n'était pas encore sur le paquebot. Depuis, les quelques propriétaires des rares instruments Welte-Philharmonie se battent pour avoir l'honneur d'appeler leur instrument «l'orgue du Titanic». Selon toute vraisemblance, il devrait se trouver actuellement au «Museum für mechanische Musikinstrumente» au dessus du château de Bruchsal, auparavant à Baden-Baden. Meggenshorn, même s'il y a des avis contraires, ne serait pas ce propriétaire: date de construction plus tardive (1926) et
conditions d'emplacement. Il faut cependant dire qu'il n'y a pour l'instant aucune documentation satisfaisante permettant de connaître le véritable destin de l'orgue du Titanic.

Friedrich Jakob, 2007

Traduction: Paul Cartier

Documentation:

Peter Hagmann: Das Welte-Mignon-Klavier, die Welte-Philarmonie-Orgel und die Anfänge der Reproduktion von Musik, Berne 1984 (Europäische Hochschulschriften, série XXXVI, Musikwissenschaft, vol. 10)

Kurt Binninger: Die Welte-Philharmonie-Orgel, Acta organologica, vol. 19,
Berlin/Kassel 1987, p. 179-208.

Doris Fässler, Alfred Fischer, Robert Zingg: Schloss Meggenhorn (Meggen wie es war Vol. 2, Meggen 1986.
 
 
   
 © Manufacture d'orgues Kuhn SA   Mise à jour 29.01.2018    info©orgelbau.ch