Orgelbau Kuhn
 
 
 

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2008

Restauration

Orgue construit par:
Orgelbau Th. Kuhn AG, 1929

Sommiers: sommiers à membranes
Traction: pneumatique
Tirage des jeux: pneumatique

Inauguration: 25.01.2009

Expert: Rudolf Bruhin
Harmonisation: Pierre Barré, Wioland Stephan



Bibliographie:
Friedenskirche Olten - Herzlich willkommen zur Orgeleinweihung 25. Januar 2009


Renvois:
situation originale 1929

© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf



numéro du portrait 801460
www.orgelbau.ch/opf=801460

Olten III/P/45
Suisse, Soleure
Ref. Kirche (Friedenskirche)

composition (download)

La restauration d'un orgue pneumatique

Un organiste racontant à ses collègues qu'il joue dans sa paroisse sur un orgue pneumatique aurait certainement suscité de la pitié il y a quelques années. «On ne peut rien jouer sur ces orgues, il n'ont pas la moindre prétention artistique», telle était l'opinion répandue.

Les facteurs d'orgues ont eu aussi une image négative de ces orgues. En hiver, quand l'église était chauffée et que par conséquent l'humidité de l'air diminuait, il y avait des fuites dans la soufflerie, ce qui entraînait des cornements ou des notes muettes. Les réparations étaient parfois très difficiles, parce que dans la plupart des cas, les éléments pneumatiques étaient inaccessibles. Souvent, le facteur d'orgues devait improviser pour sauver le culte du dimanche. En général, il manquait simplement la volonté de consacrer du temps et de l'argent à un tel instrument, car il allait probablement bientôt être remplacé par un nouvel orgue mécanique. C'est ce qui arriva ensuite dans les années 60 et 70 presque partout en Suisse, les moyens nécessaires pour réaliser ce souhait étant disponibles. Il y a aujourd'hui très peu d'orgues pneumatiques et ces instruments ont vu renaître leur prestige ces dernières années. C'est presque l'effet l'inverse de ce qui se passait auparavant. Il ne faut pas pour autant partir du principe que les instruments restants sont nécessairement les meilleurs de leur style et qu'ils sont à tout prix à préserver. Les instruments larges et représentatifs des facteurs d'orgues connus ont notamment souvent été détruits parce qu'ils étaient situés dans des églises «importantes» qui avaient évidemment besoin d'un orgue contemporain. C'est toute la gamme des orgues pneumatiques qui a survécu. Pour nous, restaurateurs, la question se pose donc à chaque fois de savoir s'il est raisonnable de restaurer tel ou tel instrument pneumatique. Les orgues ont souvent été modifiés, de sorte qu'ils ont pratiquement perdu leur valeur d'instrument historique. Objectivement, il faut aussi avouer que tous les orgues pneumatiques ne sont pas des chefs-d'oeuvre sur le plan technique.

Au début du développement du système pneumatique, celui-ci a été accueilli avec enthousiasme car il permettait de jouer sur les orgues les plus grands d'une légère pression des doigts. L'organiste n'avait plus à exécuter le travail mécanique, la pression pneumatique le prenait en charge avec des soufflets et des poches en peau. Les premiers instruments pneumatiques, à la fin du 19ème siècle, possédaient des commandes simples. Plus tard, chaque facteur d'orgues a essayé de développer et de breveter son propre système. De nombreuses constructions pneumatiques ont été réalisées mais abandonnées après deux essais. La qualité du système pneumatique a finalement résulté, après des années de développement, de l'expérience des facteurs d'orgues et de sa mise en pratique dans la construction d'orgues neufs. Le développement d'un système entraîne toujours une montée des exigences envers ce système. Au début, on demandait seulement que les touches soient faciles à jouer, mais au fur et à mesure, il est devenu possible de réaliser toutes sortes d'accessoires et d'accouplements avec une commande pneumatique. Si l'on regarde la console, elle se présente pour un amateur comme une merveille technique. Il ne faut pas oublier que certains circuits sont exécutés avec une pression très basse. Trop d'exigences envers les possibilités techniques n'assure évidemment pas la sécurité de fonctionnement du système.

Cette petite digression dans l'histoire du développement de l'orgue pneumatique montre certainement la difficulté de la restauration de ces instruments. Peut-être s'agit-il d'un système qui a été construit seulement une ou deux fois pour de bonnes raisons, peut-être en a-t-on tellement demandé trop à ce système par ailleurs efficace qu'il ne pouvait pas satisfaire ces attentes, ou peut-être le bois des porte-vents est simplement rongé des vers tant et si bien que plus rien ne marche.

Toutes ces questions ne se sont pas posées pour l'orgue de la Friedenskirche à Olten, ce qui montre à quel point il s'agit d'un cas exceptionnel.

- Ce grand instrument pneumatique représentatif a survécu, en dehors de petites modifications.

- Le design de l'orgue est tel qu'il y a beaucoup d'espace libre, de sorte que tous les éléments sont facilement accessibles.

- L'orgue a été construit à une période où la Manufacture d'orgues Kuhn a développé son système pneumatique jusqu'à la perfection et l'orgue a été réalisé à la fin de ce développement. Enfin, les systèmes de transmission électrique étaient déjà en train de s'imposer à cette époque.

- Les vers à bois ont épargné l'orgue pour des raisons inconnues.

Dans ces conditions il était clair que l'orgue était digne d'une restauration. Outre la remise en état, le remplacement de toutes les pièces en peau (poches et membranes) et le retour de la composition à son état d'origine figuraient au premier plan des mesures à prendre. Dans cette perspective, les travaux suivants se sont avérés nécessaires:

- la reconstitution du jeu Englischhorn 8 ' (2ème clavier) à la place de Krummhorn 8 '
- la reconstitution du jeu Flûte harmonique 8 ' (3ème clavier) à la place de Clairon 4 '
- la reconstitution du jeu Quintbass 102/3' (pédale) à la place de Mixtur 5 rangs
- la restitution des compositions et des recoupes originales des jeux composés

Après l'application de ces mesures, l'orgue correspond à son état d'origine et ses pièces d'usure sont à l'état neuf. En restaurant l'église et l'orgue, la paroisse de l'église réformée a sûrement pris une décision clairvoyante qui permettra à un instrument important de son temps de perdurer. Ainsi souhaitons-nous à la paroisse beaucoup de plaisir avec cet orgue et nous la remercions pour la confiance qu'elle nous a accordée en nous demandant la restauration de l'orgue.

Aujourd'hui, si l'organiste parle à ses collègues de l'orgue pneumatique d'Olten et de sa sonorité, il ne suscite sans doute plus la pitié de beaucoup d'organistes, mais plutôt un peu d'envie!
 
 
   
 © Manufacture d'orgues Kuhn SA   Mise à jour 30.06.2017    info©orgelbau.ch