Orgelbau Kuhn
 
 
 

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2014

Restauration

Orgue construit par:
G.F. Steinmeyer & Co., Oettingen/Bayern, 1930

Sommiers: sommiers à membranes
Traction: électrique
Tirage des jeux: électrique

Inauguration: 18.05.2014

Expert: Björn Boysen, Stein Johannes Kolnes, Per Fridtjov Bonsaksen, Magne Draagen
Design buffet: Claude Lardon
Harmonisation: Gunter Böhme, Thierry Pécaut



Discographie:
The Steinmeyer Organ in Nidaros Cathedral
The Steinmeyer Organ in Nidaros Cathedral


Bibliographie:
The Steinmeyer Organ in Nidaros Cathedral in Trondheim


Links, downloads:
Nidarosdom
Description de la console (en anglais)
Journal ISO no. 47-2014
Festivités d'inauguration
Fête du 150e anniversaire de la Manufacture d'orgues Kuhn







© photos Orgelbau Kuhn AG, Dino Makridis NDR, Aug. Laukhuff GmbH



numéro du portrait 801590
www.orgelbau.ch/opf=801590

Trondheim IV/P/127
Norvège, Trøndelag
Nidarosdom, Steinmeyer-Orgel

composition (download)

Le long chemin jusqu'à la restauration d'un orgue monumental

Notre première rencontre avec l'orgue Steinmeyer de Trondheim remonte à 1990. Dieter Rüfenacht et Wolfgang Rehn avaient été invités à venir se faire une idée de l'état de l'orgue. A ce moment-là, l'instrument avait déjà une histoire mouvementée de 60 ans et des modifications décisives derrière lui. Des divisions entières de l'instrument original avaient été «amputées». La morsure du temps avait en outre causé des dommages plus ou moins importants sur les sommiers à membranes et le tirage électrique, si bien que la sécurité de fonctionnement de l'orgue était réduite. Ces dysfonctionnements avaient notamment été provoqués par les conditions climatiques régnant dans l'église, avec une extrême sécheresse en hiver.

Cette carcasse d'orgue pouvait-elle rendre justice à l'immense espace et satisfaire aux exigences des musiciens? Dans un tel état, sûrement pas! Nous nous sommes très rapidement rendu compte que seul l'orgue Steinmeyer de 1930 dans son intégralité pouvait atteindre ces objectifs. Les qualités sonores de la tuyauterie de l'époque, redécouvertes entre-temps, étaient incontestables. La base d'un retour était donc établie.

Un peu de temps est passé après notre première offre. En 2010, le client a effectué un appel d'offres à l'échelle européenne. En janvier 2012, la commission d'experts, constituée de Björn Boysen, professeur au Conservatoire de musique d'Oslo et expert-organier, de Stein Johannes Kolnes, expert-organier du service des monuments historiques, de Per Fridtjov Bonsaksen, organiste de la cathédrale de Nidaros, et de Lene Landsem, architecte, s'est décidée à l'unanimité pour la proposition de la Manufacture d'orgues Kuhn. Une fois clarifiées toutes les questions financières, le contrat d'entreprise a été signé en juillet 2012.

La cathédrale de Nidaros

La ville de Trondheim, centre administratif du comté de Sør-Trøndelag, s'appelait autrefois «Nidaros». La cathédrale de Nidaros compte parmi les églises les plus importantes de Norvège, elle est considérée comme un sanctuaire national. Au Moyen-Âge et de 1818 à 1906, la cathédrale de Nidaros était l'église de couronnement des rois de Norvège. Sept rois y ont été couronnés, dix y ont été enterrés. Aujourd'hui, les rois de Norvège sont consacrés dans la cathédrale de Nidaros.


L'orgue Steinmeyer et les modifications qu'il a subies

Comme on peut le voir sur les photos de 1930, le côté ouest de la nef centrale de la cathédrale n'était pas encore achevé lors de l'arrivée de l'orgue neuf provenant d'Oettingen (Bavière). Le gigantesque orgue avait par conséquent été monté dans le transept nord, dont il remplissait totalement la surface. La console mobile se trouvait à la croisée du transept de la cathédrale. L'orgue avait été inauguré à l'occasion du 900ème anniversaire de la bataille de Stiklestad. A l'époque, le positif de dos surplombait encore la nef centrale. Comme cette situation n'était pas satisfaisante d'un point de vue visuel, ce plan sonore avait alors été supprimé et ses sommiers déplacés vers l'arrière de l'orgue.

La nef de la cathédrale était complètement achevée depuis plus de deux décennies lorsqu'on a décidé, en 1960, de décaler l'orgue pour le placer devant le mur ouest de la cathédrale. C'était toujours le buffet de l'ancien orgue baroque construit en 1741 par Joachim Wagner qui faisait office de façade. Comme cette façade était beaucoup trop petite pour l'orgue Steinmeyer, elle se trouvait sur une tribune avancée, sur laquelle on avait aussi placé la console. La pédale se trouvait derrière cette tribune, directement sur le sol de l'église. Les vitraux et la magnifique rosace restaient visibles au-dessus de l'orgue.

L'idéal et le style des orgues s'étaient profondément modifiés depuis la construction de l'instrument. L'époque des orgues de plus de cent jeux et à traction électrique était révolue, c'étaient les orgues de style néobaroque qui correspondaient à l'esprit du temps. L'orgue Steinmeyer a alors perdu beaucoup de ses jeux de seize et de huit pieds. Le récit expressif du 3ème clavier a été déplacé vers le triforium à l'avant de la nef, où, après quelques ajouts, il a continué à être utilisé comme orgue de choeur à deux claviers. Le récit expressif du 2ème clavier est resté un tout. Il a été placé devant le mur ouest dans le triforium nord, où il n'y a plus la hauteur disponible pour des jeux ouverts de seize pieds. Les sommiers du grand orgue, le positif de dos et la petite pédale ont été installés sur la tribune. Les jeux à haute pression et les sommiers de la division solo ont été entièrement supprimés. Les nombreux tuyaux des jeux de seize et de huit pieds qui n'étaient plus utiles ont été entreposés. Lors d'un incendie dans l'entrepôt, des tuyaux en bois, les tubas anglais et d'autres tuyaux en métal ont été détruits, et les dégâts subis par de nombreux tuyaux en zinc après plusieurs changements d'entrepôt se sont avérés presque aussi destructeurs.

En 1994, suite à la restauration/reconstitution de l'orgue Wagner dans le transept nord, l'avant historique du buffet de l'orgue Steinmeyer a été supprimé. Les «entrailles» de l'orgue Steinmeyer sont devenues visibles pour tout le monde, ce qui, objectivement, ne constituait guère un beau spectacle!

L'objectif de restauration

Où cet orgue monumental, une fois rassemblé, allait-il trouver sa place dans la cathédrale? Cette question allait nous occuper pendant près de 20 ans. Le mur ouest de la cathédrale semblait prédestiné à accueillir l'instrument. Nous étions toutefois confrontés à l'exigence suivante: outre les vitraux et la rosace, le portail ouest devait rester visible. Le concept d'installation élaboré en fonction de ces objectifs peut être résumé de la manière suivante:

Le ventilateur électrique et les réservoirs resteront dans les caves en dessous de l'orgue. Les deux récits expressifs à jeux de seize pieds du 2ème et du 3ème claviers se trouveront à proximité du sol de la cathédrale. Au-dessus, les soufflets des différentes divisions et l'installation des porte-vent seront disposés sur un étage intermédiaire. Il en résultera une surface continue jusqu'au mur ouest, sur laquelle seront placés le grand orgue, le positif de dos et les sommiers de pédale. Les tuyaux ouverts de 32 pieds seront déplacés jusqu'à la façade et placés sur leurs propres sommiers. La division solo (jeux à haute pression) trouvera sa place dans le triforium sud, tout près de la croisée du transept. L'écho restera à sa place d'origine, dans la coupole de la croisée du transept. La console, redevenue mobile, sera dotée d'une technique moderne.

Le soubassement divisé du buffet laissera le passage vers le portail ouest libre. Grâce à la partie médiane en retrait, le passage sous l'orgue sera le plus court possible. Les bouts des tuyaux orientés de l'extérieur vers l'intérieur permettront aux vitraux et à la rosace de rester visibles. Les tuyaux de 32 pieds à partir de C1 visibles à la façade laisseront entrevoir la taille de l'orgue et représenteront ainsi un instrument majesteux dans une église royale.

Une fois la restauration achevée, la composition d'origine de l'orgue aura été rétablie, la tuyauterie restaurée ou reconstituée. Outre le maintien de la matière historique (tuyauterie, sommiers, soufflets), l'objectif que l'orgue soit à nouveau identifiable comme un orgue Steinmeyer sera atteint. Le fait qu'il fonctionne parfaitement dans les conditions climatiques propres à la cathédrale et évoquées plus haut était également l'une des grandes priorités.

L'oeuvre accomplie

Pour nous, cette commande a représenté un défi extraordinaire que nous avons relevé avec joie, avec enthousiasme et avec implication. Les travaux ont commencé en septembre 2012. L'orgue devrait résonner de nouveau dans toute sa gravité d'origine 20 mois plus tard seulement, le 17 mai 2014, jour de la fête nationale en Norvège, en même temps que sera célébré le 200ème anniversaire de l'entrée en vigueur de la Constitution norvégienne.

Traduction: RS 2014
 
 
   
 © Manufacture d'orgues Kuhn SA   Mise à jour 29.01.2018    info©orgelbau.ch