Fascination pour l‘orgue

 

 

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2003

Orgue neuf

Sommiers
sommiers à coulisses
Traction
mécanique
Tirage des jeux
électrique
Inauguration
13./14.12.2003
Expert
Franz Josef Rahe
Design buffet
Hans-Peter Keller
Harmonisation
Rudolf Aebischer


www.orgelbau.ch/opf=114010

Osnabrück

III/P/57

Allemagne, Basse-Saxe
St. Petrus Dom, Hauptorgel

© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf, Ch. Grovermann, Osnabrück

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2003

Orgue neuf

Sommiers
sommiers à coulisses
Traction
mécanique
Tirage des jeux
électrique
Inauguration
13./14.12.2003
Expert
Franz Josef Rahe
Design buffet
Hans-Peter Keller
Harmonisation
Rudolf Aebischer

Quand l'impossible se réalise

A première vue, pour le facteur d'orgues, c'était une gageure que celle de vouloir créer un orgue pour le St. Petrus-Dom à Osnabruck. Dans cet édifice d'architecture romane tardive, il était difficile d'envisager un projet d'orgue parfaitement adapté. L'instrument qui existait dans la tour sud-ouest, sur le plan sonore, ne pouvait satisfaire. L'idéal aurait été de placer un orgue sur la paroi ouest, mais à vrai dire, une rose imposante datant de 1305, au-dessus du portail principal d'époque gothique, interdisait la présence d'un instrument digne d'une cathédrale. Il ne fallait en tout cas pas masquer cette rosace, alors...

Finalement, suite à des décisions aussi judicieuses que courageuses du maître d'oeuvre, une idée a été retenue: à l'intérieur, la paroi ouest a été transformée, la tribune désuète située sur l'ancien portail a été démolie et remplacée, plus bas, par une plate-forme réservée à l'orgue. Cette solution permettait de réaliser un instrument pour le Dôme à un emplacement idéal, sans masquer la rose. La façade de l'orgue suit son contour et le nouvel ensemble forme une unité architecturale. L'artiste Johannes Niemeyer, s'inspirant des éléments décoratifs du Dôme, a construit le portail, a imaginé des claires-voies en bronze pour l'orgue, a marqué ainsi une nouvelle l'harmonie stylistique de la paroi ouest.

Les solutions retenues ont, par cascade, entraîné pour l'orgue certaines particularités. La position de la console, par exemple, se trouve juste sous la rose et l'organiste joue face à la nef, domine son instrument. Tout le mécanisme est très direct, assure un excellent toucher, et depuis la console, l'organiste ressent parfaitement l'équilibre des différents plans sonores.

C'est ainsi que cet instrument avec ses 53 jeux sur 3 claviers a tout pour se démarquer du petit orgue historique de Cavaillé-Coll situé dans le choeur. En effet la richesse de ses jeux de 8' l'autorise à donner aux fonds un immense éventail sonore; pour le répertoire classique, le trio et le cantus firmus, les mutations ne manquent pas. Un clavier inhabituel, le «Turmwerk», un plan sonore complémentaire muni de quatre jeux de solo amène et représente avec, ou en dialogue avec le grand orgue, une plénitude majestueuse pour tout l'édifice