Fascination pour l‘orgue

 

 

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2004

Transformation

Orgue construit par
Orgelbau Th. Kuhn AG, 1979
Sommiers
sommiers à coulisses
Traction
mécanique
Tirage des jeux
électrique
Harmonisation
Matthias Hugentobler

Composition


www.orgelbau.ch/opf=114031

St. Gallen

III/P/45

Suisse, Saint-Gall
Ref. Kirche St. Laurenzen, Hauptorgel

© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2004

Transformation

Orgue construit par
Orgelbau Th. Kuhn AG, 1979
Sommiers
sommiers à coulisses
Traction
mécanique
Tirage des jeux
électrique
Harmonisation
Matthias Hugentobler

La réévaluation du néogothique

La restauration de l'église St-Laurenzen marque un tournant dans l'entretien des monuments historiques en Suisse: dans cette église les créations du néogothique n'ont plus été ridiculisées et dénigrées mais approuvées comme oeuvres valables de cette époque et considérées comme dignes de la protection des monuments. Un des défenseurs principaux de cette volte-face a été Albert Knoepfli, qui se désignait lui-même ouvertement comme un «converti». C'est la raison pour laquelle, lors de la rénovation extérieure et intérieure de l'église, on n'a pas essayé d'éliminer les modifications néogothiques ni de supprimer le gothique «ancien» du bâtiment. On a plutôt essayé de conserver les deux styles l'un à côté de l'autre. Le principe d'approuver le néogothique a par conséquent déteint sur l'aménagement intérieur de l'église. Le nouvel orgue prévu a dû rester sur la tribune à l'est et on a cherché à réutiliser le buffet néogothique de 1856 de n'importe quelle manière.

L'orgue baroque (II/P/27) de Johann Jakob Bommer, datant de 1762 (le premier orgue construit après la Réformation), avait été disposé en tenant compte de la grande fenêtre au milieu du choeur à l'est de l'église. Les tourelles de pédale étaient placées à l'extérieur, seule le positif de dos, dans l'axe médian, cachait la bordure inférieure de la fenêtre. Pour le nouvel orgue de Martin Braun, datant de 1856, l'architecte Johann Christoph Kunkler dessina un buffet néogothique. Comme cela se faisait à l'époque, on renonça à construire un positif de dos. Les grandes tourelles de pédale restèrent sur les côtés de la fenêtre. Un pont bas avec 49 tuyaux muets réunissait les deux côtés. Il s'agissait d'un orgue à transmission mécanique et avec des sommiers à cônes (III/P/36).

La manufacture d'orgues Goll à Lucerne a effectué une grande transformation de l'orgue en 1907-08. Elle a en fait construit un nouvel instrument (IV/P/51) en réutilisant le buffet et un grand nombre des anciens jeux. Cet orgue comportait des sommiers à membrane et un système de transmission pneumatique tubulaire. Mises à part quelques modifications en 1940, l'instrument est resté tel quel jusqu'à sa démolition en 1975.

Pour la construction d'un nouvel instrument suite à la restauration de l'intérieur de l'église, différentes variantes ont été examinées. Finalement, le projet tel qu'il est à présent réalisé a été approuvé de toutes parts. Concernant la composition (III/P/45), les corps de cet orgue à transmission mécanique et avec des sommiers à gravures sont constitués de la manière suivante:

- Pour le grand orgue et la pédale, les deux buffets néogothiques latéraux ont été restaurés et réutilisés. Les tuyaux sont divisés en côté ut et côté dièse, le grand orgue en avant et la pédale en arrière.

- Pour le positif, on a recouru à la solution de M. Bommer: un positif de dos. Concernant le style, on s'est cependant orienté vers le néogothique des deux buffets principaux. Les ornements néogothiques (encore récemment qualifiés de «fanfreluches») ont aussi été fidèlement copiés.

- Le grand récit expressif de style romantique a été placé comme positif dans le soubassement sous la tribune. Pour la sortie sonore, la façade boisée, auparavant fermée par des panneaux, a été ouverte et munie d'un simple treillis croisé.

- La console séparée a été placée au milieu, derrière le positif de dos. On a renoncé à lui donner une forme néogothique.

Friedrich Jakob, 2006

Traduction: RS


Référence bibliographique
Hansjörg Gerig, Die Orgeln der Kirche St. Laurenzen in St. Gallen, Saint-Gall 1979.