Fascination pour l‘orgue

 

 

Manufacture d'orgues Th. Kuhn SA, 1993

Restauration

Orgue construit par
Joseph und Viktor Ferdinand Bossard, 1721
Sommiers
sommiers à coulisses
Traction
mécanique
Tirage des jeux
mécanique
Inauguration
12.09.1993
Expert
Werner Endner + Kommission
Harmonisation
H.-J. Schacht

Composition


www.orgelbau.ch/opf=800970

St. Urban

III/P/40

Suisse, Lucerne
Ehemalige Klosterkirche

© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf

Manufacture d'orgues Th. Kuhn SA, 1993

Restauration

Orgue construit par
Joseph und Viktor Ferdinand Bossard, 1721
Sommiers
sommiers à coulisses
Traction
mécanique
Tirage des jeux
mécanique
Inauguration
12.09.1993
Expert
Werner Endner + Kommission
Harmonisation
H.-J. Schacht

L'ancienne église du couvent cistercien de St-Urbain (canton de Lucerne) a fait l'objet d'une restauration majeure entre 1987 et 1992 par l'Office des bâtiments. À cette occasion, on a aussi restauré l'orgue selon des critères actuels d'entretien des monuments historiques.

Joseph Bossard (1665-1748) et son fils Viktor Ferdinand Bossard (1699-1772) ont construit cet orgue ensemble entre 1716 et 1721. Ils ont réalisé un chef-d'oeuvre de premier ordre, qui n'a plus jamais été dépassé par cette famille de facteurs d'orgues active pendant cinq générations.

Outre sa qualité technique, une condition indispensable, trois aspects marquent l'excellence de cet orgue:

1. Alors que la facture d'orgues du XVIIème siècle tenait généralement peu compte de l'environnement architectural, à la fin du baroque, au XVIIIème siècle, on a intégré les orgues à l'architecture de l'espace, dans la mesure du possible, en les considérant comme les oeuvres d'art réunissant plusieurs genres. St-Urbain est un exemple précoce de cette démarche. La voûte hardie au-dessus des deux fenêtres latérales et la tuyauterie de la pédale qui entoure celles-ci sont un tour de force de l'architecture et de la facture d'orgues. À ce titre, l'orgue de St-Urbain est orienté vers le futur.

2. Contrairement à l'aspect extérieur de l'orgue, le fait d'avoir conservé non seulement l'octave courte à la basse mais aussi les feintes brisées pour ré dièse/mi bémol dans les trois octaves plus haut des claviers est très conservateur et orienté vers le passé. Cet archaïsme avait entre-temps été éliminé. Mais il a depuis été reconstruit parce que les sommiers, la tuyauterie et les éléments de la traction (abrégés) en montraient encore en partie les traces. Il en résulte un accord mésotonique de l'orgue avec huit tierces pures.

3. Le blason abbatial de Malachias Glutz devant l'Oberwerk est extraordinaire. La triple croix est équipée de tuyaux en partie obliques mais néanmoins parlants.

La composition de l'orgue ne montre des caractéristiques non seulement baroques mais aussi du haut romantisme. En plus des jeux de l'époque, on trouve aussi des jeux gambés, des jeux ondulants et des jeux à double lèvre.


Traduction 2008: RS