Fascination pour l‘orgue

 

 

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2003

Restauration

Orgue construit par
Silvester Walpen, 1844 / 1853
Sommiers
sommiers à coulisses
Traction
mécanique
Tirage des jeux
mécanique
Inauguration
22.11.2003
Expert
Rudolf Bruhin
Harmonisation
Rudolf Aebischer


www.orgelbau.ch/opf=801260

Luzern

II/P/27

Suisse, Lucerne
Hofkirche St. Leodegar, Chororgel über Mariae End-Altar

© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2003

Restauration

Orgue construit par
Silvester Walpen, 1844 / 1853
Sommiers
sommiers à coulisses
Traction
mécanique
Tirage des jeux
mécanique
Inauguration
22.11.2003
Expert
Rudolf Bruhin
Harmonisation
Rudolf Aebischer

Un orgue vénérable reprend souffle

L'histoire de la restauration de l'orgue Walpen correspond à l'unique salut qu'il fallait lui donner. Cet orgue de choeur exceptionnel de la «Hofkirche» de Lucerne construit en 1842 par Thomas Silvester Walpen (1802-1857) est le seul rescapé de son oeuvre. Il était autrefois de traction et de tirage purement mécaniques. Fragilisé par un système entièrement rendu pneumatique en 1941, ce précieux instrument était devenu injouable depuis des années.

La caractéristique de cet orgue Walpen concerne sa disposition subtile, à double fonction, et inhabituelle, due à deux façades alimentées chacune par l'un des claviers. Outre la somptueuse façade du Grand-Orgue (1er clavier), qui donne dans le collatéral au dessus de l'autel de la Vierge, avec effet sonore dans grande nef, l'orgue a encore une façade pour le choeur, donnant sur la tribune.

Environ dix ans après cette nouvelle construction, Walpen dut déplacer et modifier son instrument: l'organiste lui reprochait, qu'étant placé à la console, le 2ème clavier plus doux sonnait plus fortement que le 1er clavier plus puissant, ce qui gênait! A croire qu'à ce moment on avait déjà oublié la finesse de cette conception. Le but de notre restauration était de rendre à l'orgue sa double fonction, de le réinstaller en lieu et place prévue par son constructeur. Il a donc été remis exactement à l'endroit où il se trouvait en 1842. Il nous a fallu privilégier la conservation, pour la tuyauterie, de la substance historique de 1853, à l'avantage d'une tuyauterie antérieure, méconnue dans les détails. Les modifications sonores apportées par Walpen en 1853 subsistent donc.

Les éléments pneumatiques de 1941 ont été supprimés et remplacés par une traction et un tirage conçus selon les modèles de l'époque. La soufflerie cunéiforme a pu être reconstruite à partir d'éléments d'origine et un «vent nouveau» se répand encore au travers des porte-vent et soufflets, soufflerie authentique qui aujourd'hui fait revivre tout à fait la couleur sonore primitive, l'harmonie d'un Walpen.

En toute bonne fin, il s'agissait encore de concevoir la façade arrière, empiriquement, vu l'absence de données. En collaboration avec les Monuments Historiques on s'est décidé d'abandonner l'idée de sa reconstruction mais de fermer l'ouverture du buffet par un grillage de bois. Du point de vue des Monuments Historiques, ce compromis était judicieux et fort convenable.