Fascination pour l‘orgue

 

 

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2018

Restauration

Orgue construit par
Leopold Breinbauer, 1884
Sommiers
sommiers à pistons
Traction
mécanique
Tirage des jeux
mécanique
Inauguration
20.05.2018
Harmonisation
Gunter Böhme


www.orgelbau.ch/opf=801680

Wilhering

III/P/39

Autriche, Haute Autriche
Zisterzienserstift, Hauptorgel

© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf/Schweiz

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2018

Restauration

Orgue construit par
Leopold Breinbauer, 1884
Sommiers
sommiers à pistons
Traction
mécanique
Tirage des jeux
mécanique
Inauguration
20.05.2018
Harmonisation
Gunter Böhme

L'orgue principal sur la tribune ouest de la collégiale de Wilhering

Après le catastrophique incendie de 1733 et la destruction d'une grande partie de l'ensemble du monastère cistercien, on construisit un bâtiment neuf, l'église collégiale encore présente aujourd'hui et mondialement connue. L'unité architecturale du somptueux intérieur rococo de l'église, avec les buffets de l'orgue principal et de l'orgue de choeur intégrés dans l'aménagement, présente un foisonnement et une richesse de couleurs sans doute difficilement surpassables.

L'orgue principal de style baroque tardif, dont la façade existe encore aujourd'hui, fut construit au début des années 1740, sous le règne de l'abbé Johann Baptist IV. Hinterhölzl OCist. Les dernières expertises réalisées au cours de la restauration récente indiquent Johann Ignaz Egedacher (1675–1744), maître artisan de Passau, comme le constructeur de cet instrument. D'après une desciption ultérieure du facteur d'orgues Matthäus Höfer datant de 1844, l'orgue était doté en tout de 26 jeux, répartis sur un grand-orgue, une pédale et un positif en balustrade. Il est avéré que Höfer a effectué plusieurs réparations sur l'instrument. Parmi les nombreux organistes de la collégiale au XVIIIe siècle, on peut citer Simon Anton Weiss et Franz Xaver Weinwurm, et au XIXe siècle le célèbre compositeur d'église Matthias Pernsteiner, Adolf Festl et Matthäus Obermüller. Anton Bruckner joua également sur les deux orgues à l'occasion de plusieurs séjours à la collégiale de Wilhering, comme en témoignent les récits d'anciens pères et d'anciens petits chanteurs.

En 1883, l'abbé Alois Dorfer OCist commanda au jeune facteur d'orgues Leopold Breinbauer (1859–1920) de la commune voisine, Ottensheim, la construction d'un nouvel orgue principal de grande dimension. Celui-ci aurait dû être terminé pour la célébration des 50 ans de sacerdoce de l'abbé en août 1884, ce fut cependant repoussé de quelques mois. Le concert solennel d'inauguration, avec l'organiste de la cathédrale de Linz Karl Waldeck et l'organiste de la collégiale de Wilhering Franz Pressl, eut finalement lieu le 11 décembre 1884. Karl Waldeck y livra une composition pour deux orgues de son cru. Avec le professeur de musique de Linz Friedrich Arnleitner, Waldeck contribua largement à la conception artistique de ce nouvel orgue très apprécié de la collégiale de Wilhering. Parmi les auditeurs du concert d'inauguration figurait le prince Ferdinand Ier de Saxe-Cobourg, futur tsar de Bulgarie, qui possédait une affinité particulière pour la facture d'orgues moderne.

L'orgue, première grande oeuvre de Breinbauer, était doté de 30 jeux, répartis sur un grand-orgue, un positif dans le soubassement et la pédale. Comme c'était de mise dans la facture d'orgues de l'époque, Breinbauer utilisait déjà le système du sommier à cônes mécanique. La condition qui consistait à insérer le nouvel instrument dans le buffet d'origine, petit en comparaison, mit Breinbauer face à un défi particulier. C'est la raison pour laquelle il construisit un nouvel étage au-dessus du grand-orgue proprement dit, sur lequel furent placés quelques jeux de registres plus aigus. En conséquence, la commande mécanique des ces jeux s'organisa de manière complexe au moyen de multiples dérivations dans la traction. Le positif en balustrade de l'ancien orgue ne fut en revanche conservé que visuellement, comme façade, ne possédant plus aucun jeu réel. Cinq tirants de jeux combinés actionnés par des soufflets supplémentaires constituaient une innovation particulière.

Comme Leopold Breinbauer appréciait grandement la qualité sonore de l'orgue d'origine, il continua à utiliser spécialement plusieurs jeux à la pédale et harmonisa ceux-ci d'après ses propres idées sonores. Il semble également qu'il prit en compte le modèle de l'orgue de choeur dans sa conception artistique, en reprenant le diapason relativement élevé de celui-ci. Bien que les deux orgues fussent créées dans des styles complètement différents, Breinbauer les interpréta comme une unité idéelle, chacun avec ses caractéristiques propres étant adapté de façon optimale à l'espace de la collégiale de Wilhering, avec un effet acoustique spatial grandiose.
Au XXe siècle, le nouvel orgue a notamment été utilisé par Karl Orel, qui a ensuite officié à Kremsmünster avant de devenir organiste de la cathédrale de Brno, par Johann Kirchschläger, le père du futur président fédéral autrichien Rudolf Kirchschläger, par le talentueux organiste concertiste et futur professeur à l'université Mozarteum de Salzbourg Otto Rippl, par les compositeurs Julius Webinger et Franz Gruber, également préfet du lycée de la collégiale, ainsi que par le compositeur reconnu P. Balduin Sulzer OCist après la Seconde Guerre mondiale et par le professeur au conservatoire de Linz Johann Winterberger.

De 1976 à 1981, une transformation partielle ainsi qu'une extension de l'orgue ont été effectuées par le Oberösterreichische Orgelbauanstalt. Ces interventions ont été influencées par des conceptions sonores néo-baroques, selon le goût de l'époque. Pour que le positif en balustrade soit à nouveau utilisé, la console a été déplacée et complétée par un troisième clavier. Cette mesure a alors nécessité la suppression des tirants de jeux combinés et un remaniement des claviers existants. En outre, sept jeux de Breinbauer ont été complètement remplacés. Un certain nombre d'autres jeux ont également été réharmonisés afin d'obtenir une sonorité aussi baroque que possible. Johann Wilfried Hübl, professeur au conservatoire, a officié comme organiste de la collégiale depuis 1981, puis Ikarus Kaiser de 2001 jusqu'à présent.
Comme la mécanique de l'orgue était déjà devenue très sujette aux dysfonctionnements, la manufacture d'orgues Kuhn SA s'est vu confier une restauration approfondie de l'orgue principal, après la rénovation de l'orgue de choeur terminée avec succès en 2016. Concernant les parties originales datant de Breinbauer, le concept prévoyait un retour à l'état d'origine de 1884, à quelques détails près. En outre, les jeux Flauto dolce 8‘ au grand-orgue, Filomele 8‘, Dolcissimo 8‘ et la Mixtur 4 rangs au positif dans le soubassement, ainsi qu'une Bombarde 16‘ à anches libres à la pédale devaient être reconstitués sur la base de tailles connues, d'après des modèles d'autres orgues de Breinbauer en Haute-Autriche et au sud de la Bohême et, dans certains cas, grâce à des éléments légués par hasard découverts dans le sol du choeur et dans l'oratoire de la collégiale. Le jeu Geigenprincipal 8‘ a pu être complété à l'aide du stock de tuyaux entreprosés d'un orgue de Breinbauer démonté dans la région du Mühlviertel. Les jeux Cornett 4 rangs et Mixtur 5 rangs du grand-orgue devaient eux aussi être réutilisés fidèlement à l'orgue d'origine. Le jeu Mixtur 5 rangs a été supprimé du positif dans le soubassement, tout comme le jeu Gemshorn 8‘, et réinstallé à sa place originelle au grand-orgue. Le remaniement de la mécanique complexe et le raccordement des tirants de jeux combinés ont constitué un défi particulier. Les jeux du positif en balustrade ont été harmonisés plus doux et rapprochés des sonorités romantiques de l'orgue, dans la mesure du possible. Pour renforcer la base sonore de 8‘, le jeu Quintade 4‘, encore modifé après l'extension, a été reconstruit comme un jeu de 8‘ et le jeu Oboe 8‘ aux belles sonorités, mais n'appartenant pas au stock datant de Breinbauer, a été déplacé du positif dans le soubassement au positif en balustrade. C'est également dans ce sens que le jeu Trompete 8‘ du grand-orgue a été placé sur deux sommiers propres dans l'arc de la tourelle en dehors du buffet d'orgue historique, avec des supports délicats. Le design coloré des étiquettes a été réalisé d'après des modèles historiques d'autres orgues de Breinbauer encore existantes.

Avec cette restauration à présent effectuée, un pas essentiel doit avoir été franchi vers la conservation à long terme de cette première oeuvre organistique importante de Leopold Breinbauer. Nous en remercions sincèrement le couvent de la collégiale de Wilhering, en particulier l'abbé Reinhold Dessl ainsi que le père supérieur Johannes Mülleder, également économiste principal de la collégiale.

Ikarus Kaiser 2018


Traduction: RS 2018