Fascination pour l‘orgue

 

 

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2007

Restauration

Orgue construit par
Carl Theodor Kuhn, 1925
Sommiers
sommiers à membranes
Traction
pneumatique
Tirage des jeux
pneumatique
Inauguration
02.09.2007
Expert
Rudolf Bruhin
Harmonisation
Rudolf Aebischer, Pierre Barré


www.orgelbau.ch/opf=801390

Solothurn

III/P/47

Suisse, Soleure
Ref. Stadtkirche

© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf, Ref. Kirchgemeinde Solothurn

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2007

Restauration

Orgue construit par
Carl Theodor Kuhn, 1925
Sommiers
sommiers à membranes
Traction
pneumatique
Tirage des jeux
pneumatique
Inauguration
02.09.2007
Expert
Rudolf Bruhin
Harmonisation
Rudolf Aebischer, Pierre Barré

L'esprit du temps l'a échappé belle

L'orgue pneumatique de l'église de la «Stadtkirche» de Soleure, construit en 1925 par la maison Kuhn, ne devrait plus exister, mais a encore bien des histoires à raconter! En Europe, beaucoup d'orgues ont été détruits durant la seconde guerre mondiale, mais cependant bien moins que ceux qui se sont fait démolir juste après, par organistes ou facteurs d'orgues, en particulier dans des régions urbaines qui avaient les moyens et pouvaient s'offrir des orgues néo-baroques.

L'orgue de Soleure, grâce à sa robustesse et à sa qualité de construction a pu échapper à ce destin. Il faut dire qu'à l'époque, le choix s'était porté sur l'avis d'experts réputés: Albert Schweitzer et Ernst Schiess.

Cet orgue, pourtant, n'a pas survécu sans graves modifications. Les jeux d'Aeoline 8 ' et Voix céleste 8 ' ont été recoupés pour devenir Quinte 2 2/3 ' et Tierce 1 3/5 '. Un Nachthorn 2 ' a pris la place d'un Salicet 16 ' à la Pédale. La boîte expressive du second clavier, tous les accouplements à l'octave grave et aiguë ainsi que les différentes combinaisons libres ont disparus... tout ceci pour ne quand même pas obtenir l'objectif voulu, les sonorités d'un orgue baroque! L'expérience nous montre bien que les caractéristiques des sommiers à membranes et les particularités de la traction pneumatique interdisent ce genre d'entreprise.

Toujours cet orgue séduisait par sa qualité, et alors, on en est arrivé à la ferme conviction qu'il fallait le rétablir dans son état d'origine: travail demandant un certain tact. Les données d'archives et les traces laissées dans l'orgue nous donnaient des bases certaines pour entreprendre une restauration «à l'original». Maintenant avec sa même façade, l'instrument a retrouvé ses timbres qui sonnent en bonne harmonie avec l'édifice.