Fascination pour l‘orgue

 

 

Seewen

II/P/28

Suisse, Soleure
Museum für Musikautomaten

© photos Orgelbau Kuhn AG, Männedorf

Manufacture d'orgues Kuhn SA, 2007

Restauration

Orgue construit par
M. Welte & Söhne, Freiburg i.Br., 1914
Sommiers
sommier à case avec soupapes verticales
Traction
électro-pneumatique
Tirage des jeux
électro-pneumatique
Inauguration
28.09.2007
Expert
David Rumsey
Harmonisation
Niklaus Stengele

Fabuleuses interprétations, grandeur nature

Vous avez certainement envie d'entendre «en direct» les compositions du début du XXème siècle jouées par des compositeurs célèbres qui interprètent leurs propres oeuvres, d'entendre un Max Reger, un Marcel Dupré? C'est bien possible, grâce à un instrument Welte-Philharmonie nouvellement restauré et qui se trouve au Musée des automates de musique de Seewen (SO). Des interprétations de compositeurs marquant l'époque sont parfaitement reproduites sur rouleaux de papier perforés par un appareil fascinant. Encore fallait-il une restauration pour qu'il restitue toutes ses composantes et fonctions - ce qui ne fut pas facile.

Ce système électro-pneumatique de 1914 ne fonctionnait pas comme habituellement par vent foulant, mais par dépression: éléments de facture particulière. L'ensemble travaille avec un minimum de vent et avec ce système la moindre fuite conduit à l'avarie, aux pannes. Pour restaurer, il s'agissait donc de comprendre à la perfection chaque élément, puis d'en déduire les mesures garantissant à la «machine» un fonctionnement impeccable question de patience!

Les réponses aux problèmes de registration et d'harmonisation découlaient avec fiabilité des rouleaux enregistrés: à noter que le Musée de Seewen possède sans doute la plus grande collection de matrices originales à partir desquelles des copies destinées aux orgues Welte-Philharmonie furent réalisées pour le monde entier.

La fascination de cette restauration ne s'imagine guère plus diversifiée. Chose inattendue, elle remet à jour l'histoire étonnante d'un paquebot très célèbre. Sur des éléments de l'orgue on relève en effet la signature «BRITANIK». Serait-ce donc l'orgue installé sur le bateau jumeau du légendaire «Titanic»? On n'ignore pas que l'un et l'autre de ces vapeurs de luxe devaient être dotés d'orgues Welte. Bien que cette question reste encore ouverte, avec ce marquage, tout porte à croire à cette provenance. L'affaire demeure passionnante.

Histoire de l'instrument

Construit vers 1914 pour le «Britannic». Démonté et entreposé à l'éclatement de la 1ère guerre mondiale.

Déplacé vers 1920 dans la villa du propriétaire de la maison KODAK, monsieur Dr. August Nagel. Agrandissement pour les jeux 10, 11 et 12 du 1er clavier, pour les jeux 7, 8,9, 10 et 11 du 2ème clavier.

1937, installation à Wipperfürth dans la salle de rassemblements et de concerts de la maison RADIUM SA (directeur Dr. Eugen Kersting). Agrandissement par jeux sur sommiers à transmissions.

1969, remonté à Seewen (SO) pour la collection d'Heinrich Weiss.

2007, restauré par la manufacture d'orgues Kuhn